logo mes_0.png

facebook.png      twitter.png      rss.png      youtube.png

ElMossalli présente les principaux axes du plan stratégique du secteur de l’enseignement supérieur devant le Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique

أA l'ouverture de la dixième session du Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique (Lundi 21 Novembre 2016), la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Formation des Cadres par Intérim, Mme Jamila ELMOSSALLI, a présenté les travaux et projets en cours et ceux programmés dans le cadre de la mise en œuvre de la vision stratégique de la réforme 2015-2030, en mettant l’accent sur les mesures prioritaires prévues dans le plan stratégique de la réforme du secteur de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres.Mme la Ministre a souligné que l’adoption d’une approche basée sur une nouvelle génération d’établissements universitaires consacrant la culture de la mutualisation des infrastructures et des équipements au niveau de chaque université et le développement de la coopération et du partenariat avec les collectivités territoriales , notamment avec les conseils régionaux, représente un enjeu fondamental dans le cadre du plan stratégique du secteur de l’enseignement supérieur. Elle a, ainsi, mis en exergue la nécessité de l’ouverture sur l’enseignement supérieur privé, en sa qualité de principal partenaire dans l’élargissement et le développement de l’offre de formation universitaire, ainsi que l’importance du renforcement de la compétitivité des universités publiques.

En outre, Mme Jamila ELMOSSALI, a considéré que les Technologies de l’Information et de la Communication représentent une occasion inouïe pour l’élargissement et le développement de l’offre de formation, notamment à travers la création d’une université virtuelle, qui viendra renforcer les multiples initiatives entreprises par les universités dans ce domaine.  

Mme la Ministre a également considéré que la valorisation du rôle de l’Agence Nationale d’Evaluation et d’Assurance Qualité de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique représente un enjeu de taille dans la mise en œuvre du plan stratégique du secteur, tout en indiquant qu’il sera procédé à l’élaboration de mécanismes visant la valorisation de la culture de l’évaluation et de la qualité au sein de l’université marocaine, et à la mise en place d’un référentiel d’évaluation et d’assurance qualité.

Par ailleurs, Mme la Ministre a noté que la signature de plus de 65 conventions par le Ministère et de plus de 700 conventions entre les universités et des partenaires nationaux et internationaux a impulsé une grande dynamique aux relations de partenariat et de coopération pour le transfert d’expertises et de technologies et l’ouverture sur les expériences internationales, tout en précisant qu’une plateforme sera développée pour le suivi de l’exécution de ces conventions. De même qu’il sera procédé à la poursuite du programme « FINCOME » pour la mobilisation des compétences marocaines à l’étranger.

En ce qui concerne  les études dans le cycle du doctorat, Mme la Ministre a confirmé l’ouverture d’un chantier de réforme des études doctorales dans le cadre d’une approche participative. Ce chantier a été couronné par l’élaboration d’un nouveau Cahier des Normes Pédagogiques Nationales, la mise en place d’une base de données nationale relative au cycle de doctorat et le lancement de  la première plateforme électronique dédiée aux thèses de doctorat  inscrites dans les universités marocaines, offrant ainsi une carte de recherche pour les chercheurs du cycle de doctorat. Mme la Ministre a également précisé qu’il sera procédé au développement d’interactions entre les formations du cycle Master et celles du cycle de doctorat afin de renforcer la dimension de la recherche dans ces cycles de formation.